Dans le cadre d'un partenariat avec l'Hôpital Nécker à Paris et après de nombreux ateliers de création avec les enfants de divers services (film d'animation, jeux de rôles, dessins,...)La problématique suivante fut établie: Comment faire pour que l'enfant puisse s'approprier l'espace de sa chambre et gérer ses différents degrés d'intimité? La réponse se compose de trois objets. Pour une intimité absolue, un oreiller structurable pour se cacher le visage du regard des autres. Pour l'intimité relative, une lampe identique dans chaque chambre et impersonnelle associé à un calot (personnel), placé au dessus du faisceau lumineux, le transforme et génère une décoration immatérielle et personnelle à l'enfant. Enfin, l'intimité relationnelle est traitée grâce à un système de boite aux lettres pour favoriser la communication dans son ensemble. Tous les couloirs sont renommés pour l'occasion.